Trois classes de l'école de Cappelle-la-Grande  ont réécrit la légende du Reuze, qui est à l'origine de la création de Dunkerque :

La farce du Reuze

1) 

Le didascale. - Au temps du Roi Dagobert, au bord de la mer du Nord, il y avait le village de Mardyck où vivaient d'humbles pêcheurs.

Un beau matin brumeux, le sentinelle vit sur la mer s'approcher d'énormes drakkars.

2)

Le sentinelle. (sur la tour du guet, en panique, il crie en sonnant les cloches) - Invasion ! Invasion ! D'énormes drakkars nous envahissent !

Attention, préparez-vous à vous défendre ! 

Le didascale. - Pendant ce temps, les vikings avancèrent en poussant leur cri de guerre et en brandissant leurs machettes aux manches sculptés dans des bois de cerfs.

Les vikings. - Kooltoonah ! Makalavadah ! 

3)

Le didascale. - Les vikings sautèrent de leurs drakkars pour pénétrer dans Mardyck. (Là, on fait une ellipse !) Sur la place du village, ils décapitèrent les pêcheurs à tour de bras.

Le corps du forgeron se revisse la tête de la marchande et inversement.

La tête de la marchande sur le corps du forgeron. - Je suis musclée pour une fois ! La musculation a porté ses fruits ! 

La tête du forgeron sur la corps de la marchande. - C'est à en perdre la tête !

Le bûcheron. (se faisant écarteler) - Je constate avec une douleur insupportable que ma cage thoracique se brise lentement.

4)

Le didascale. - Après avoir pillé le village, les vikings se dirigèrent vers la maison du chef Miloock Arbock pour que celui-ci leur indique où se trouve le coffre-fort du village.

Allowyn. - Je m'appelle Allowyn, le terrible, pourfendeur des mers. C'est moi, le chef des Reuzes, nous venons de Norvège pour agrandir notre territoire et notre puissance !!!  (rire diabolique) Indique-moi où est ton trésor sinon tu périras dans d'atroces souffrances impitoyables !

Miloock. (attaché sur sa chaise) - Je sais plus, vraiment, c'est que j'ai une mémoire de poisson rouge, c'est vrai, je le jure !

Allowyn. - Le coffre ou la mort !

Miloock. - Bah euh... Bah euh...

Allowyn. - On ne discute pas avec Allowyn...

Le didascale. - Et là, Allowyn, fou de rage, fouetta le chef Miloock jusqu'au sang !

La femme du chef. - Arrêtez, ne maltraitez pas mon choupinou d'amour ! Je vais tout vous révéler !

Miloock. - Non, chérie, NON !!!

Allowyn. (sur un ton machiavélique) - Dépêche-toi ou sinon la mort t'attend !

La femme. - Le coffre-fort est à Dungroote ! Pitié, pitié !!! Ciel, mon mari !

Le didascale. - "Dun", la dune, et "Groote", la grotte, le coffre-fort était donc planqué dans une grotte au bord de la mer du Nord, les vikings n'eurent guère du mal à le trouver !

5)

Le didascale. - Après avoir pillé le village de fond en comble, les vivres viennent vite à manquer, et pour cause, à part piller et tuer, nos braves vikings ne savaient pas faire grand chose...

Devant un champ de blé : 

Viking 1. - Qu'est-ce qu'il faut faire ?

Viking 2. - Il est où le mode d'emploi ?

Le didascale. - Et non loin de là, un viking essaie de traire un taureau, celui-ci se fait charger grave...

Allowyn. - Vous ne savez rien faire bande de goinfres, il n'y a plus rien en stock, partons dans d'autres villages piller leur garde-manger et leur cervoise !

6)

Allowyn. (Tout saoul) – Bon sang de bonsoir , j' vois double ! J'suis où ? J'ai envie de tabasser tout l' monde ! I' sont où les arbres ? J'ai envie de …

Sous un arbre, il se soulage, une pomme tombe et l'assomme. Il chute et se blesse de son épée.)

Allowyn. - Ouille, ma cuisse, Rhabalah Goodie !

Le didascale. - Derrière les arbres, les pêcheurs observent Allowyn et décident de passer à l'attaque.

Les pêcheurs. – Ennemi à terre, massacrons ses hommes et déchaînons-nous sur Allowyn !

Le didascale. - Changement de situation, les pêcheurs reprennent le dessus sur Allowyn et ses hommes.

7)

Le didascale. - A ce moment là, Saint Eloi, un pote au Roi Dagobert, débarque à Mardyck pour aller se baigner dans les eaux fraiches, et il constate la situation.

Saint Eloi. - Laissez-le tranquille, qu'est-ce qui se passe ici ? Ce pauvre homme est à terre !

Les pêcheurs. (s'opposent)- Et alors ? Il a tué nos enfants et capturés nos femmes !

Saint-Eloi. - Ce n'est pas une raison pour frapper un homme à terre sans défense ! Laissez-le moi, je sais ce que je vais en faire.

8)

Le didascale. - Ainsi, durant deux semaines, Eloi s'enferme avec Allowyn et le change en bonne personne. Afin qu'Allowyn reste gentil et soit heureux, Eloi envoie un pêcheur chercher la plus belle fille du village pour qu'ils se marient et aient beaucoup d'enfants. Avec des yeux grands ouverts, les villageois assistent à la scène.

Allowyn. - Je suis désolé d'avoir assassiner vos familles, et nous allons reconstruire ensemble une forteresse et une nouvelle ville pour vivre heureux et en paix tous ensemble.