Avec deux classes de l'école, nous avons travaillé l'oralité, comment dire un texte, le considérer comme une partition de sens, de musique, qui se respire, à qui il faut donner un rythme.

Nous avons donc mis en scène les fables de la Fontaine, de façon rigolote, j'en ai profitéJean_de_La_Fontaine.PNG pour leur parler du fameux CASITGAT RIDENDO MORES, corriger les mœurs par le rire, cher à notre ami Molière.

Leur parler de l'engagement d'un auteur, du message que l'écrivain veut faire passer à ses contemporains. Bref, nous avons compris que l'écrivain dans sa pratique, est un être politique.

J'ai bien évidement insisté sur comment un texte devait non seulement être mis en bouche mais également mis en corps. Comment quand je dis un mot, je peux faire apparaître tout un paysage... 

Avec nos brigades, nous sommes partis en mission secrète, les groupes ont envahi toutes les classes de l'école (les instit' étaient dans la confidence...), à la surprise général de tous leurs camarades, qui ont profité du spectacle.

Petites vidéos de répétitions en suivant les liens ci-dessous :

1) http://payon.theatre-contemporain.net/public/payon/brigades.mp4

2) http://payon.theatre-contemporain.net/public/payon/les_brigades_fabulistes_de_l_ecole_de_la_porte_d_eau.mp4