kraken.jpg


Voici  un petit poème en mode poésie faciale, que j'ai écrit pour le projet commun, avec les autres artistes du CLEA.


il y a le sable - il y a la douceur - et du sable - et de ta peau - du sable sur ta peau - quand ma main passe sur ta peau, avec le sable, ça te gratte ? - ça t’exfolie ? - ça te mange les petites peaux mortes ? - ça te gratte ? - il y a le sable ici - la douceur - les pieds qui s'enfoncent dans la douceur - tu connais ça ? - le sable ça sent particulier le sable chaud, non ? - ça sent tous les pieds enfoncés dans le sable depuis des millénaires - j'aimerais être une petite bête qui vit dans le sable - pour être dans tes cheveux - et sur ta peau je me ferai griller avec le monoï - ça serait enivrant - ça serait ma drogue - j'aimerais être une petite araignée transparente - un acarien - j'aimerais être une petite bête de sable pour manger toutes les petites peaux mortes entre tes orteils - j'aimerais ça - par dessus tout 

quand j'étais petit je n'aimais pas ça le sable - je rêvais de galets ronds que je pouvais peindre - je faisais des pieuvres, je rêvais de kraken géant aux tentacules qui me goberaient les testicules - un kraken un brin kawaï amateurs de castagnettes - un kraken craquant un brin coquin - un poetic kraken quoi - plus tard, à Torre de Lago, j'ai goûté la salade de poulpe et j'ai adoré - j'ai adoré la texture caoutchouteuse de cet invertébré qui ployait sous l'effet dévastateur de ma mastication - shark shark - je mâchais le kraken adoré de mon enfance

3_cr0xm.jpg

je disais que je n'ai jamais aimé le sable de mon enfance - il s'insinuait partout et je n'aimais pas ça, vraiment pas, il s'insinuait sous les ongles, dans les oreilles, partout dans les boucles blondes de mon enfance - j'étais un chérubin couvert de sable et je n'aimais pas ça - le sable de mon enfance qui s'insinue dans le maillot de bain qu'on me forçait à mettre arrivé à l'âge de plus montrer son kiki - le sable qui s'insinue dans le kiki - entre le gland et le prépuce - j'étais effrayé - vraiment très effrayé je me disais qu'avec le sable dans mon kiki je risquais un orgelet de kiki alors ça me faisait vraiment peur pour mon kiki - un jour ma mère a eu un orgelet - pas un orgelet de kiki non mais un orgelet orgelet quoi - et ma maman qui d'habitude est le portrait glaviot de Mylène Farmer - je suis vachement fier - ma mère était devenue une putain de mongol de Tchernobyl - putain elle était toute difforme genre manque de chromosomes qui vont bien pour te payer une tête quoi - et ma mère elle s'avait juste baigné et que du sable (même pas du sable mais juste un seul putain de grain de sable kamikaze s'avait glissé dans sa peau pierre) - j'aime pas ça le sable - j'aimais pas ma mère non plus avec sa tête de mongol - avec son oeil en poupée gigogne qu'on aurait pu en cacher 15 dedans - les uns dans les autres là en chantant Libertine - la honte - le sable c'est la honte - c'est putain honteux le sable - le sable impudique se glisse là avant les autres - et ce qui me faisait peur - vraiment très peur - c'est que le sable impudique de mon enfance - c'est des morceaux de dinosaures - des dinosaures c'est pires que le kraken kawaï de mon enfance - des dinosaures c'est des reptiles géants qui devaient foutre les j'tons à mort - des putains de j'tons de chocottes de mes couilles - le sable c'est des putains de cadavres de T-Rex fossilisés réduit en poudre par la force miraculeuse et complètement ouf de Dame Nature - une force miraculeuse qui a lyophilisé ces putains de Longs Coups, de Trois Cornes de mes couilles - qui les a lyophilisé et qu'après ces putains de Dino se glissent dans ma teub ça oui ça fait peur à l'enfance de moi - je suis un chérubin violé par un T-Rex et tout le monde s'en fout et ma mère me laisse me faire tripoter par tout une putain de faune pré-pré-historique et tout le monde s'en fout - c'est des putains de tournantes de reptiles violeurs sur toutes les plages du monde et tout le monde s'en branle - moi je veux des galets ronds - des galets ronds et doux pour faire des dessins dessus et pour leur éclater la gueule au T-Rex de mes couilles - et ce que je dis pas - ce que je dis pas - c'est que le sable - le pire du sable violeur - c'est que le pire c'est dans le cul - tout le monde a putain toujours plein de sable dans le cul - et tout le monde s'en fout putain - tout le monde s'en fout de Denver là qui nous baise à tour de bras de ses petits bras verts et atrophiés de Dinosaure de merde - voilà c'est dit - voilà c'est dit j' te dit - alors non je viendrai pas à la plage plutôt aller cueillir des champignons dans une cave de Bagneux - enlève tes sales pattes -laisse moi tranquille putain - je vais à la piscine je te dis !